Blog

Une nouvelle aventure : Gunki

Aujourd’hui, je vous écris quelques lignes pour vous partager mon enthousiasme. En effet, j’ai le plaisir de vous annoncer que je fais dorénavant partit de la Team Gunki. Nous avons signé un partenariat qui me tient vraiment à coeur. Gunki fait partit intégrante du groupe Sensas – Pezon et Michel. La marque est basée sur la pêche aux leurres et propose donc des cannes, des moulinets, des leurres, des accessoires et de la bagagerie, enfin tout ce qu’il faut pour être bien au bord ou sur l’eau.

Stand Gunki Clermont

De grands noms de la pêche font partit de cette grande équipe comme Gaël Even que j’ai pu rencontrer en formation, Frédéric Jullian le pêcheur de perches dans Fly VS Jerk, David Pierron qui a été mon maître de stage à la fédération de pêche du Bas-Rhin ou encore Vincent de Bryune, guide de pêche également. Outre ces grands noms de la pêche ou encore le matériel de qualité proposé, c’est l’équipe qui m’a encore plus attiré vers cette marque et m’a aidé à y mettre un pied. Je penses à Gilles Caudin à qui je dois dire un grand merci, à mon pote Max Aubert qui a été le premier maillon de la chaîne, ou encore à Adrien, Cyril D., et Cyril C. pour leur accueil sur le salon de Strasbourg. Merci à vous tous !

Place maintenant à une nouvelle aventure avec de nouveaux produits. J’espère que cette année sera riche en guidages et en poissons. Au plaisir de vous avoir avec moi sur le bateau ou de partager une belle pêche le long de la Moselle.

Gamera HW

Une nouvelle saison

Brochets en lac

Dans un mois jour pour jour, nous pourrons enfin aller traquer nos amis les carnassiers. Le moment est venu de « réviser » votre matériel !

Un rangement dans les boites de leurres s’impose, il faut alors trier (ce n’est pas le plus facile). Pour ma part, je vide entièrement mes boites, je fais déjà un tri des leurres qui n’ont pas ou très peu pêcher l’année précédente. Je les remplace par les nouveaux arrivants et je n’hésite surtout pas à multiplier les leurres qui ont fait une année de folie. Certes la saison suivante peux être complètement différente, mais on part plus confiant pour l’ouverture avec des leurres qui ont déjà fait parler d’eux auparavant.

Par la suite je revois tout les armements, que ça soit les triples sur mes leurres durs, ou encore les têtes plombées et stingers de mes leurres souples. Il ne faut surtout pas négliger cette étape, c’est la plus importante pour ne pas louper ses premiers poissons en début de saison. Parfois un coup de lime suffit mais sur certains montage il faut tout changer.

Vient ensuite le rangement des boites, alors là il faut être minutieux pour en mettre le plus possible ! Je fais déjà attention à ne pas mettre de leurres qui décolore entre eux, sinon bonjour les coloris de l’espace. Bien sûr, je met les leurres souples ensemble et les leurres durs dans d’autres boites. J’ai souvent une boite pour les petits leurres souples, une pour les plus modestes et une autre pour les plus gros, cela me permet de vite choisir par rapport à là où je vais pêcher et/ou comment je vais pêcher.

Pour avoir un maximum de rangement, je privilégie les sacs de transport afin de bénéficier des poches latérales pour mettre les bobines de fluoro, les hameçons, les pinces, les lunettes, … et j’utilise un bakkan étanche pour mettre les choses qui craignent un peu plus la pluie.

N’oubliez pas de vérifier votre tresse ou nylon, généralement je tourne ma tresse en fin de saison pour redémarrer correctement, puis au bout de 2 saisons je la change. Nettoyez vos cannes et vos moulinets, ils en ont aussi besoin.

Soyez prêt la saison arrive à grands pas ! En attendant je vais nettoyer mon bateau pour vous accueillir le plus chaleureusement possible.

Bateau Crestliner Moselle

Je profite de cette petite publication pour vous rappeler les guidages en place pour 2019 :
– Guidage en bateau sur le lac de Madine (55) pour rechercher les brochets.
– Guidage en bateau sur la Moselle (54, 57) multi-espèces.
– Guidage du bord ou en waders sur la Moselle (54, 57) pour rechercher les aspes et les barbeaux.

N’hésitez pas à me contacter pour réserver votre journée !
06.38.38.66.93 ou par mail escapefishing57@gmail.com

Interview Rodmaps

Steve Blind : moniteur guide de pêche en Lorraine

Découvrez le portrait de Steve Blind, moniteur guide de pêche en Lorraine et spécialiste de la pêche des carnassiers.

Steve Blind

Tout juste devenu moniteur guide de pêche en 2017, Steve Blind souhaite aujourd’hui partager son expérience et son amour pour la pêche, passion qui ne le quitte plus depuis l’âge de 5 ans.

Bonjour Steve, pourrais-tu brièvement te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour à tous, je m’appelle Steve Blind, j’ai 23ans et je suis natif de Lorraine (quelle belle région !), plus précisément de la Moselle dans le 57. Je possède un bac +2 en gestion et commerce, mais aussi un BPJEPS spécialité « pêche de loisirs » pour devenir moniteur guide de pêche.

D’où t’es venue cette passion pour la pêche ?

Cette passion pour la pêche, je la dois premièrement à mon père. Ancien carpiste, il m’a vite plongé dans ce monde en pêchant la carpe à la batterie. J’ai passé mes week-ends au bord des étangs. Comme je suis curieux, par la suite j’ai voulu toucher à d’autres techniques de pêche et rechercher d’autres poissons. C’est donc à l’âge de l’adolescence, que j’ai rencontré un groupe de pêcheurs aux leurres passionnés, qui m’a appris à pêcher aux leurres. Je suis très vite tombé amoureux de cette technique de pêche et j’ai ainsi initié mon père à cette pêche.

Aujourd’hui, nous parcourons avec mon père et ce groupe de pêcheurs qui sont devenus mes amis, tous les lacs et rivières de la région.

Steve Blind, moniteur guide de pêche en Lorraine

Quelles techniques de pêche enseignes- tu et dans quelle région en particulier ?

J’enseigne plus particulièrement la pêche aux leurres. Que ça soit en bateau sur le lac de Madine(55) pour rechercher les brochets et les perches ou encore au bord de la Moselle pour traquer les chevesnes, barbeaux et aspes.

Je connais d’autres rivières, étangs et lacs à côté de chez moi en Lorraine. Je peux donc m’adapter aux exigences des clients, ou s’ils veulent justement pratiquer sur leur site de pêche favori.

Peu de personnes le savent mais la Lorraine offre de très beaux endroits où pratiquer la pêche aux leurres. Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur ta région et sur ce qui en fait sa particularité ?

Effectivement, la Lorraine est remplie d’eau !! Je vais commencer par le lac de Madine, qui est connu au niveau mondial pour son championnat du monde de pêche à la carpe. Mais moi je le connais d’un autre point de vue : la pêche en bateau ! Et quoi de mieux que de se promener en plein milieu d’un lac de 1100 hectares avec une vue sur les plaines de la Meuse. Ce lac est magnifique, tant par ses paysages, que part la population d’oiseaux qui rôdent autour.

Deuxièmement, la Moselle. Que dire de la Moselle à part qu’elle me rend toujours aussi enthousiaste quand j’arrive sur ses abords. Elle offre un magnifique cadre.

La Lorraine est belle, les habitants sont accueillants et les paysages sont plus que beaux. On n’a pas la mer mais on a l’Amer bière ! Plus sérieusement, les activités y sont nombreuses, on ne manque de rien en Lorraine.

Tu es récemment passé par le Centre National de Formation aux Métiers de la Pêche d’Ahun. Peux-tu nous en dire un peu plus sur le déroulé de cette formation et ce que tu en as retenu ? Cela pourrait intéresser de futurs guides de pêche.

Oh cette formation !! C’est une réelle expérience, j’en retiens que du positif. J’ai tellement appris, au niveau technique de pêche, animations, les alentours de ce monde, mais j’ai aussi grandi. J’ai été entouré de gens formidables : mes collègues, notre coordinateur et tous les intervenants.

Avant que je pleure, je vais vous en dire un peu plus sur son déroulement. Mon entrée s’est faite en Mars, pendant plus de 4 mois on a appris toutes les bases de l’animation pour les centres de loisirs et on a surtout pratiqué avec des enfants de tout âge. Puis, j’ai décidé de faire l’UCC (Accueil Collectif de Mineurs), qui m’a permis de faire un stage de 5 semaines en tant que directeur d’un centre de loisir : une expérience inoubliable.

À la rentrée, nous avons vu toutes les techniques de pêche (grande canne, feeder, ultra léger, mouche, …) en classe pour la théorie et sur l’eau pour la pratique. Nous sortons en décembre avec un site internet, flyers, cartes de visite et surtout énormément de bagages et de maturité pour commencer dans ce monde.

Steve Blind, moniteur guide de pêche en Lorraine

Pourquoi as-tu choisi à la base de faire ce métier ?

Mon envie pour ce métier a fait surface quand j’ai fait mon premier voyage pêche en Irlande à l’âge de 18ans. Les guides m’ont donné cette envie. L’envie de découvrir, de partager avec des passionnés, d’initier les débutants ou les plus jeunes. J’ai vraiment aimé le fait d’être au contact avec les pêcheurs, d’apporter des connaissances, et surtout partager une passion qui est commune.

Quel bilan tires-tu de ces premiers mois d’activité ?

Pour résumer, il ne faut pas se laisser aller. Il y a du boulot avant de pouvoir proposer un guidage parfait et avoir le matériel suffisant. Puis, il faut faire de la pub. Ce n’est pas toujours facile de créer son entreprise et se faire connaitre le plus rapidement possible. Par contre quand ça paie, la joie est intense puisque c’est le fruit de ton travail personnel et là ça fait plaisir !

Qu’est-ce que tu aimes le plus aujourd’hui  dans le guidage ?

Le fait de se remettre en question, de chercher la technique ou le lieu de pêche qui fera que ton ou tes clients feront du poisson. C’est une sorte de stress qui te hante au cours de ton guidage, surmonté par de l’adrénaline. Et j’en parle même pas quand ton client a un poisson au bout, je suis encore plus stressé que si c’était moi qui pêchais !!

Puis pour y revenir encore une fois : le partage de la joie ou encore d’anecdotes de pêche.

Steve Blind brochet-madine-westin

Quelles sont les qualités requises pour être un bon guide selon toi ?

Un guide doit savoir toucher à tout ou du moins connaitre beaucoup de choses dans le milieu de la pêche. Mais il n’y a pas que la pêche dans ce métier, il y a également le contact avec les personnes. C’est ce qui compte le plus. Si le matin tu arrives, tu tires la tête parce que tu as mal dormi, les clients le ressentent directement et c’est foutu pour la journée. Il faut garder le sourire, proposer des alternatives au cours de la journée, mettre à l’aise les clients et connaitre les lieux pour avoir une sécurité optimum toute la journée.

Toi qui viens de débuter dans la profession, comment souhaites-tu voir évoluer le métier de moniteur-guide de pêche dans le futur ?

J’aimerai vraiment que le métier de moniteur-guide de pêche soit reconnu au niveau national, voir international. À l’heure actuelle, pas énormément de personnes connaissent ce métier.

À la sortie de ma formation, j’ai souvent entendu « oh mais j’ai jamais entendu ça, je ne savais même pas que ça existait ». Il faut être présent dans les lieux appropriés entre les flyers et autres moyens de communications à la même hauteur que toute autre activité sur le site.

C’est pour cela que j’apprécie votre boulot. On a enfin une plateforme qui nous référence et nous met en valeur, merci !

Steve Blind, moniteur guide de pêche en Lorraine

Des projets futurs dont tu voudrais nous parler ?

Je travaille énormément à côté pour proposer de nouvelles prestations ou amélioré mes prestations déjà en place. Mon principal projet est de proposer une prestation silure en bateau sur la Moselle dans un futur proche. A long terme, j’aimerai pouvoir proposer des petits séjours à l’étranger (peut-être la Belgique). Je dois encore beaucoup travailler pour ça !!

Une anecdote à nous raconter sur tes premiers guidages ?

Mon premier guidage a été orienté vers la pêche de l’aspe et du barbeau, ce qui n’était pas une prestation facile à réaliser. Il a fait chaud pendant deux semaines, j’étais vraiment septique sur cette journée. Mais le temps s’est gâté. On s’est pris la pluie sur la route, ce qui a fait bouger du poisson.

Les clients sont devenus fou quand ils ont vu les aspes chasser et encore plus quand ils ont eu une attaque en surface. Ils n’avaient jamais eu la chance d’en attraper et c’est maintenant chose faite. Je suis rentré avec le sourire !

L’automne, le mois tant attendu

Septembre, Octobre sont les mois les plus attendu pour les pêcheurs de carnassiers. En effet, les perches et les brochets rentrent en activité avant une longue période hivernale. Avec les chaleurs que nous avons encore à la mi-octobre, je penses que le mois de Novembre sera très bon également.

J’ai passé le mois de Septembre à découvrir la Moselle encore et encore. Et je n’ai pas été déçu du tout. C’est très prometteur pour de futurs guidages. Une pêche très light qui réserve de belles surprises, entre les gros chevesnes, les masta perches, les brochets qui sortent de nul part et parfois de petits silures !
Je vous résume le tout en photos.

Brochet Moselle

Perches Moselle

Chevesne MoselleSilure Moselle

* Ouverture zone hiver au lac de Madine le 15 octobre *

L’ouverture de la zone hiver au lac de Madine est toujours un événement attendu par tous les pêcheurs de brochets.

Cette année le temps n’était vraiment pas favorable à la traque de notre Mister Esox. Des températures élevées dès très tôt le matin, un vent totalement inexistant, ce n’était vraiment pas le meilleur jour.

Ma connaissance du lac et les bons choix de leurres dès le début de pêche m’ont permis de faire une belle pêche. A deux, on sort 12 brochets de plus de 60cm avec une taille moyenne de 75cm et deux poissons de 85cm et 91cm pour les plus gros. Brochet 85cm lac de Madine

Brochet 91cm lac de MadineBrochet 73cm lac de Madine

Les prochaines semaines promettent de belles pêches sur le lac !! N’hésitez pas à réserver votre journée.

Début de saison mouvementé

Je profite de la chaleur pour avoir un peu de temps libre. Et oui avec cette canicule j’évite d’aller pêcher en bateau sur les lacs, je privilégie alors les coups du soir ou du matin en rivière qui sont parfois surprenants.

Cela fait 3 mois que la pêche  du carnassiers est ouverte maintenant. J’ai pu commencer la saison sur des lacs de la région afin de prendre la températures. La pêche du brochet n’a pas été mauvaises durant le mois de mai et de juin, mais nos amis se sont vite calmés avec les hausses de températures du mois de juillet.

Brochets en lacBrochet en lacBrochet en lac

Je me suis bien amusé également en rivière sur les silures avec parfois des surprises pour un ami !

Silure en rivièreCarpe en rivière

Par la suite, fin du mois de juin et surtout le mois de juillet j’ai préféré allé sur les coups du soir en Moselle afin de toucher aspes et barbeaux.

Barbeau de Moselleguidage aspe moselle

Vite que la canicule finisse que l’on puisse repartir en bateau sur la rivière et sur le lac. En attendant on se contente des coups du soir en rivière.

N’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations sur mes guidages.

Un mois d’octobre riche en émotions

Durant ma formation BPJEPS "pêche de loisir", j'ai eu la chance de remonter quelques fois dans ma région pour faire quelques sessions sur le lac de Madine avec mes amis et ma famille. 

C'est un vendredi où j'avais envie de rentrer, les brochets m'attendaient sur le lac. 18h - 1h du matin, oui c'est le temps de route entre la Creuse et la Moselle. 4h du matin debout pour aller encore une fois de plus découvrir le lac de Madine et ses secrets.

Partage de session avec mes amis Laurent et Steeve sur un bateau, mon père et un de ses amis sur un autre. 

Les poissons ne se sont pas fait attendre, des petits poissons et des touches pendant la matinée. C'est vers 10h que le vent s'est levé, que la pluie est arrivée à grand pas et que la pression atmosphérique a augmenté.

3 cerveaux et un bon écho sondeur pour se diriger vers un poste intéressant. Cassure importante, quelques herbiers au fond et de belles boules de perches. 

C'est alors que Laurent nous crie "Fiiiish, c'est du lourd". Steeve gère la vidéo, tandis que je prends l'épuisette en main. Le combat est impressionnant, le poisson joue avec son poids. 

Au bout de quelques minutes, il monte en surface tel une baleine et on se rend vite compte de la taille de ce poisson. 

J'épuise le monstre sans soucis, et c'est l'explosion de joie sur le bateau !! 
127cm de bonheur, un bonheur partagé entre une bande d'amis, un poisson qui fait rêver chaque pêcheur. C'est des moments comme celui-ci que je veux partager avec vous ! 

Brochet 127cm lac de Madine